Recherche

Favoriser le sauvetage, la réhabilitation, la reproduction et la gestion de la faune sauvage amazonienne grâce à la recherche dans le domaine des ressources biologiques – en dialogue constant avec les savoirs ancestraux, les pratiques traditionnelles locales et occidentales – qui sont étroitement liées aux identités culturelles et sociales des peuples locaux. Favoriser aussi une utilisation de la forêt s’inscrivant dans la construction collective d’un modèle alternatif à un développement destructeur de la nature, qui tout en assurant la conservation, permet d’améliorer la qualité de vie des peuples amazoniens.

Buts

  • Réhabiliter la faune et la flore pour repeupler des zones perturbées par les activités humaines mais susceptibles de régénération.
  • Générer des connaissances et des technologies durables pour les écosystèmes amazoniens, basées sur la conservation et l’utilisation des ressources biologiques de la région.
  • Faire participer activement la population locale (agriculteurs-indigènes) en faveur de leur territoire et de leurs ressources biologiques.
  • Conserver les ressources biologiques à travers des processus de recherche, de formation, d’éducation à l’environnement, de réhabilitation, de protection de la flore et de la faune amazonienne et de tourisme solidaire (accueil de volontaires).     
  • Rechercher constamment des solutions alternatives au développement occidental, en contraste avec le modèle capitaliste dominant, incompatible avec la vie d’être dès lors qu’il se fonde sur l’extractivisme (extraction massive et démesurée de ressources naturelles destinées à l’exportation), la monoculture de plantes importées et l’exploitation insensée des ressources.

Recherche

Recherche

Gestion et conservation

Contrairement au modèle capitaliste incompatible avec la vie, le CEZA travaille avec les peuples indigènes et métis de la campagne et de la ville qui mènent diverses luttes pour la défense de leurs territoires. Et ceci dans le but de promouvoir une alternative à un développement destructeur de la nature. De cette façon la connaissance occidentale se combine avec les savoirs ancestraux et les pratiques traditionnelles locales afin d’agir pour la conservation et la gestion de la faune amazonienne.

Ces principes ne s’excluent pas : la gestion suppose la prise en charge d’une espèce au sein d’une zone déterminée dans un but d’élevage, de recherche et de surveillance continue afin de faciliter l’étude de sa biologie in situ.

Espèces menacées : sauvetage, réhabilitation et réintroduction de la faune sauvage

Recherche